À Lisbonne, le secrétaire général s’entretient du sommet, de la stratégie et de la réforme de l’OTAN

Le 2 juillet, le secrétaire général de l’OTAN, M. Anders Fogh Rasmussen, s’est rendu à Lisbonne (Portugal), où le prochain sommet de l’OTAN se tiendra au mois de novembre. Il a rencontré le premier ministre, M. José Socrates, le ministre d’État et ministre des Affaires étrangères, M. Luis Amado, le ministre de la Défense, M. Santos Silva, et le président du Parlement, M. Jaime Gama. Les entretiens ont porté sur le prochain sommet de l’OTAN, l’élaboration du nouveau concept stratégique de l’Alliance et la réforme de l’OTAN.

Les opérations de l’Alliance étaient un autre sujet important à l’ordre du jour des discussions, en particulier l’opération en Afghanistan, où quelque 270 soldats portugais font partie de la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS) dirigée par l’OTAN. Pour aider ce pays à mettre en place ses propres forces de sécurité, le Portugal a récemment affecté 40 formateurs à la mission OTAN de formation en Afghanistan.

Le secrétaire général a souligné que la nomination du général Petraeus au poste de commandant de la FIAS était « seulement un changement de commandement, et non un changement de stratégie ». Il a également exprimé l’espoir que d’ici au sommet de Lisbonne, en novembre, l’Alliance pourra annoncer le début du transfert de la responsabilité du contrôle de certaines provinces afghanes aux autorités locales.

Durant son séjour à Lisbonne, le secrétaire général a en outre visité la Feira Internacional de Lisboa, où se déroulera le sommet de l’OTAN, et prononcé un discours à la Faculté des sciences économiques de l’Université catholique de Lisbonne.

Dans celui-ci, M. Fogh Rasmussen a rappelé à ses auditeurs les raisons pour lesquelles l’OTAN fut créée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Une preuve de la réussite de l’Alliance est le fait que depuis la fin de la Guerre froide, le nombre de ses membres a pratiquement doublé, d’anciens États soviétiques ayant souhaité rejoindre « cette région, unique en son genre, de stabilité, de prospérité et de valeurs communes ».

Il a déclaré que tout comme les pères fondateurs de l’Alliance, nous nous trouvons aujourd’hui « au seuil d’une nouvelle ère ». Le terrorisme, les cyberattaques et la piraterie sont trois exemples parmi d’autres des nouveaux défis auxquels l’OTAN doit faire face.

Le secrétaire général a aussi ajouté que le nouveau concept stratégique définirait l’OTAN comme « une Alliance modernisée » et « un partenaire désireux de coopérer à l’ère de la mondialisation ».

Source : site internet de l’OTAN

Dernière modification : 08/07/2010

Haut de page