Afghanistan : les ministres de la défense s’entendent sur les priorités.

Les ministres de la Défense des pays de l’OTAN se sont réunis le 23 octobre à Bratislava avec leurs homologues des pays non membres de l’OTAN qui contribuent à la FIAS. Ils se sont mis d’accord sur un ensemble de priorités essentielles pour l’Afghanistan qui seront mises en œuvre à la fin de 2009 et dans le courant de 2010, et sur un concept stratégique pour la prise en charge par les Afghans du secteur de la sécurité lorsque les conditions seront réunies.

Le secrétaire général de l’OTAN, M. Anders Fogh Rasmussen, a présidé la réunion, à laquelle ont participé l’amiral Giampaolo Di Paola, président du Comité militaire de l’OTAN, l’amiral James Stavridis, commandant suprême des Forces alliées en Europe, et le général Stanley McChrystal, commandant de la FIAS. Étaient également présents le général Abdul Rahim Wardak, ministre afghan de la Défense, M. l’ambassadeur Kai Eide, représentant spécial du secrétaire général de l’ONU pour l’Afghanistan, et Mme Claude-France Arnould, qui représentait le haut représentant de l’UE.

Le commandant de la FIAS, le général McChrystal, a fait le point de la situation en Afghanistan et présenté son évaluation de la mission. Les pays membres de l’OTAN et les pays contributeurs de troupes ont généralement approuvé l’évaluation du commandant de la FIAS, mais la question des moyens à mobiliser n’a pas été examinée en détail. Les débats ont cependant permis d’adopter quatre grandes priorités pour les mois à venir : la population afghane doit être au centre de l’action collective de l’OTAN et de la FIAS, il faut redoubler d’effort pour développer la capacité des forces de sécurité nationales afghanes, travailler plus étroitement et plus efficacement avec nos partenaires internationaux et nos partenaires afghans en faveur d’une meilleure gouvernance et associer activement les voisins de l’Afghanistan, en particulier le Pakistan.

En outre, les ministres ont approuvé le concept stratégique qui prévoit le transfert des responsabilités aux Afghans. La relève par les forces de sécurité afghanes dans la province de Kaboul l’an dernier s’étant bien déroulée, cet accord permettra aux autorités militaires de l’OTAN de définir les conditions de l’adoption de la phase de transition de l’opération de la FIAS.

« Le consensus recueilli sur ces priorités contribuera à mieux cibler nos efforts et ceux de nos partenaires afghans » a déclaré le secrétaire général. « Nos débats aujourd’hui ont été très intéressants et je constate avec plaisir que nous sommes d’accord sur les modalités du transfert de l’OTAN aux Afghans des responsabilités en matière de sécurité, » a-t-il ajouté.

Les ministres sont convenus que les Afghans ne pourront assumer leurs nouvelles responsabilités que si les forces de sécurité nationales afghanes sont correctement formées et ils ont reconnu que la mission OTAN de formation en Afghanistan (NTM-A) devra disposer de tous les moyens nécessaires pour contribuer à mettre en place les capacités voulues.

Sur la question de la NTM-A, le secrétaire général de l’OTAN a souligné que pour que cette mission soit efficace, il faut que la FIAS dispose d’équipes de formation et de moyens financiers supplémentaires pour soutenir le développement des forces afghanes.

Le secrétaire général a aussi rappelé que la transition ne peut pas se faire uniquement dans le domaine militaire et qu’en plus d’une armée et d’une police fortes, l’Afghanistan doit avoir un gouvernement crédible qui agira activement et de façon visible pour montrer qu’il s’attaque à la corruption, qu’il améliore l’efficacité, et qu’il est effectivement au service de la population.

Dernière modification : 29/10/2009

Haut de page