Afghanistan : première utilisation d’un Rafale dans une opération au sol (29.03.07)

PARIS, 29 mars 2007 (AFP) - Un Rafale a tiré mercredi deux bombes à guidage laser sur des positions talibanes en Afghanistan, marquant ainsi une nouvelle étape dans la longue histoire de cet avion qui n’avait jamais ouvert le feu en opération, a annoncé jeudi l’état-major des armées. "C’est la première fois que dans un déploiement opérationnel, un Rafale tire un armement", a indiqué le capitaine de vaisseau Christophe Prazuck lors du point de presse hebdomadaire du ministère de la Défense. Avec cet engagement, le Rafale confirme sa capacité opérationnelle, a-t-il souligné. Le Rafale auteur des tirs, accompagné d’un autre chasseur pour lui désigner les cibles, apportait un soutien aérien à des troupes néerlandaises "prises à partie au sol" par des talibans, a précisé le commandant Prazuck. Le Rafale de Dassault Aviation, dont les premières études avaient été lancées en 1978, est entré en service en 2002 dans les armées françaises. Contrairement au Mirage, véritable succès à l’exportation, le Rafale n’a pas trouvé preneur à l’étranger jusqu’à présent. De source proche du dossier, on précise que l’appareil engagé jeudi était l’un des trois Rafale F2 Marine embarqués sur le porte-avions Charles-de-Gaulle. La version F2 a été récemment équipée pour tirer des "bombes guidées laser" de 250 kg, le chasseur de Dassault Aviation étant cantonné auparavant dans des missions de défense aérienne. D’autres types d’appareils français, Mirage 2000D ou Super-Etendard, ouvrent cependant régulièrement le feu en Afghanistan. Ainsi depuis juin 2006, la chasse française a largué des bombes à quinze reprises en soutien aux forces armées afghanes ou à celles de la coalition aux prises avec les talibans. La version marine du Rafale avait par ailleurs déjà été déployée en mai 2006 à bord du Charles-de-Gaulle sur le théâtre afghan mais sans ces capacités d’attaque au sol. Quelque 4.700 militaires français sont déployés sur le théâtre afghan, en Afghanistan même, dans l’Océan indien ou dans des pays voisins, soit "le plus haut niveau d’engagement français" sur ce théâtre depuis le déclenchement de l’opération "Enduring freedom" fin 2001, a précisé le commandant Prazuck. Les principaux contingents sont formés des 1.100 soldats français présents dans la région de Kaboul, de plus de 2.700 autres militaires déployés au sein du "groupe aéronaval" - le porte-avions Charles-de-Gaulle et son escorte - et d’un peu moins de 500 autres soldats sur des bases aériennes au Kirghizstan et au Tadjikistan. Les moyens aériens français sur le théâtre afghan ont été fortement renforcés depuis la mi-mars avec l’arrivée du Charles-de-Gaulle dans l’Océan indien et de trois autres Rafale de l’armée de l’air à Douchanbé (Tadjikistan). Ils totalisent trente-quatre avions de chasse (3 Mirage 2000D, 15 Rafale Air ou Marine et 16 Super-Etendard) auxquels s’ajoutent trois avions ravitailleurs C135, deux Transall et deux appareils de contrôle aérien et d’observation Hawkeye.

Dernière modification : 24/01/2008

Haut de page