Allocution de M. Dominique de Villepin a l’université de Harvard (16.03.07)

(Boston, 16 mars 2007)

(…) Aujourd’hui, l’Europe n’assume pas toute sa responsabilité politique. Je vois aujourd’hui deux exigences absolues pour l’Europe :

- La première, c’est de rétablir un véritable projet commun et d’adopter un nouveau texte fondateur.
- La deuxième exigence pour l’Europe, c’est d’assumer son rôle de puissance militaire. Autant la force seule est désastreuse, autant la politique sans la force est vaine. L’Europe de la défense n’est pas un substitut à l’OTAN. En la renforçant, nous renforçons les capacités de l’Europe à contribuer à la sécurité du monde et à prendre sa part du fardeau : nous l’avons vu en République démocratique du Congo, l’année dernière, quand l’Europe a assuré la sécurité des élections et contribué ainsi à la stabilité de ce pays-clé du continent. Inversement, l’ajustement du rôle de l’OTAN, indispensable depuis la disparition de l’Union soviétique, doit laisser toute sa place à l’affirmation de la défense européenne.

Dernière modification : 24/01/2008

Haut de page