Bouclier antimissile américain : Alliot-Marie appelle au "dialogue" - 21.02.07

MOSCOU, 21 fév 2007 (AFP) - La ministre française de la Défense Michèle Alliot-Marie a souhaité mercredi à Moscou un "véritable dialogue" sur le bouclier antimissile américain, qui inquiète les Russes, afin d’éviter les "arrière-pensées" et les "soupçons". Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a souligné de son côté que Moscou n’avait jamais dit "que le projet de bouclier antimissile était dirigé contre la Russie" mais a mis en doute le but de défense affiché par les Etats-Unis avec ce système. "Ce que je souhaite, c’est qu’il y ait un véritable dialogue, une transparence qui permette d’éviter toutes les arrière-pensées et tous les soupçons", a déclaré Mme Alliot-Marie à l’issue d’un Conseil de coopération franco-russe pour les questions de sécurité à Moscou. "C’est ce à quoi j’ai appelé mes collègues de l’OTAN et mes collègues américains", a-t-elle ajouté lors d’une conférence de presse avec son nouvel homologue russe Anatoli Serdioukov ainsi que les ministres des Affaires étrangères français et russe. Washington a demandé à la République tchèque et à la Pologne de servir de bases européennes au bouclier antimissile américain, s’attirant les protestations les plus vives de Moscou. "Pour l’instant de ce que nous savons et d’après les évaluations de nos experts, (le projet) ne permet pas d’arriver à l’objectif déclaré : intercepter des missiles tirés depuis l’Iran ou la Corée du Nord", a affirmé M. Lavrov lors de la conférence de presse. Le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier a critiqué lundi l’attitude des Etats-Unis dans l’affaire du bouclier antimissile en Europe centrale, jugeant qu’il "aurait fallu en discuter avant avec la Russie". Le Conseil de coopération franco-russe pour les questions de sécurité, créé à l’initiative du président français Jacques Chirac, se réunit en général deux fois par an au niveau des quatre ministres. Mme Alliot-Marie entretenait de bonnes relations avec son homologue Sergueï Ivanov, promu jeudi premier vice-Premier ministre russe. Ce dernier, considéré comme un successeur potentiel du président russe Vladimir Poutine en 2008, est venu saluer Mme Aliot-Marie et M. Douste-Blazy jeudi à l’issue du Conseil.

Dernière modification : 24/01/2008

Haut de page