Clôture des deux jours de réunions du Comité militaire de l’OTAN à Bruxelles les 26 et 27 janvier

Les 26 et 27 janvier au siège de l’OTAN, les chefs d’état-major de la défense (CEMD) de 62 pays, ainsi que les commandants suprêmes alliés Opérations et Transformation de l’OTAN et les trois commandants de forces interarmées (Naples, Lisbonne, Brunssum) ont participé aux différentes réunions du Comité militaire (CM) de l’OTAN, présidées par l’amiral Di Paola, Président du Comité militaire de l’OTAN.

La présence du général Hakan Syrén, Président du Comité militaire de l’Union européenne, du général Kiyani, chef de l’état-major de l’armée de terre du Pakistan, et du général McChrystal, commandant de la FIAS, a été particulièrement bien accueillie.

Au cours de sa réunion avec les pays non OTAN qui fournissent des troupes à la KFOR, le Comité militaire a suivi un exposé de l’amiral Stavridis, commandant suprême des forces alliées en Europe (SACEUR), ainsi qu’un exposé de l’amiral Fitzgerald, commandant de la force interarmées de Naples. Il a été estimé que la transition de la KFOR vers une présence dissuasive était positive. Les pays ont également été informés de l’évolution récente du projet de force de sécurité du Kosovo (KSF) et de la situation du fonds d’affectation spéciale pour la KSF. Les CEMD ont confirmé leur engagement dans l’opération de la KFOR, tout en soulignant que l’évolution future sera soumise à des conditions. Le général Syrén a mis l’accent sur la coopération fructueuse entre l’OTAN, l’UE et les pays, à titre individuel, au Kosovo.

Au sujet de l’opération « Ocean Shield » de l’OTAN, le Comité militaire a agréé la poursuite du soutien de la lutte contre la piraterie et l’emploi souple des groupes maritimes permanents OTAN (SNMG) en tant qu’axe central de l’opération, qui fait partie d’un effort international coordonné plus vaste. Il a été reconnu que le développement de capacités régionales et la nécessité d’un système de surveillance aérienne à longue portée étaient des domaines qui devaient encore être évalués.

Au cours de la réunion avec les CEMD des pays du partenariat pour la paix de l’OTAN, les CEMD de l’OTAN ont échangé leurs points de vue sur la valeur du projet de force de réaction de l’OTAN (NRF). Comme cela a été rappelé lors du sommet de Strasbourg-Kehl, la NRF est mise en place afin que l’Alliance dispose d’une force crédible et déployable rapidement, moteur de la transformation et du développement des capacités. À ce sujet, le SACEUR a exposé la nouvelle structure de la NRF, qui donne désormais une souplesse et une efficacité plus grandes, et qui constitue un important outil de transformation. Le colonel général Svyda, CEMD de l’Ukraine, a présenté les enseignements qu’il a tirés des mesures prises à l’heure actuelle pour préparer les forces armées ukrainiennes à rejoindre la NRF.

Dans le cadre du Dialogue méditerranéen, le CM a discuté des progrès de l’élaboration en cours de la stratégie maritime de l’Alliance et du concept de sécurité des opérations maritimes, qui peuvent offrir des occasions intéressantes de coopération entre l’OTAN et ses partenaires du Dialogue méditerranéen.

Au cours de la réunion en session Commission OTAN-Ukraine, le CEMD de l’Ukraine a présenté les mesures prises et les actions menées pour mettre en œuvre le « programme d’État de développement des forces armées ukrainiennes pour 2006-2011 » compte tenu de la conjoncture économique actuelle. Le CM a fait le point sur l’avancement de la réforme de la défense en Ukraine et encouragé le pays à poursuivre ses efforts de transformation.

Le Comité a ensuite rencontré le Secrétaire général de l’OTAN, S.E. M. Anders Fogh Rasmussen, qui a rappelé ses priorités et son point de vue sur les opérations de l’OTAN et sur la transformation et la réforme, et qui a souligné qu’il était nécessaire que l’Alliance puisse être en mesure de répondre efficacement aux défis futurs compte tenu des contraintes financières actuelles.

Dans le sillage de la réunion des ministres des Affaires étrangères du Conseil OTAN-Russie (COR) de décembre 2009, où il a été convenu de redynamiser la coopération OTAN-Russie entre militaires, le Comité militaire en session COR a reçu le chef d’état-major de la défense de la Russie, le général Makarov. Les 29 participants ont échangé leurs points de vue sur la coopération militaire et sur la ligne à suivre pour les activités pratiques dans le domaine de la logistique, de la lutte contre le terrorisme, de la recherche et du sauvetage en mer et de la lutte contre la piraterie. Cette discussion a débouché sur l’agrément d’un « Cadre COR-RM (Représentants militaires) pour la coopération OTAN-Russie entre militaires », qui fera l’objet d’un plan de travail sur les activités de coopération militaire. La prochaine réunion en session COR-RM est prévue en mai 2010.

En ce qui concerne l’Afghanistan, le général McChrystal a présenté au Comité militaire la mise en œuvre de la stratégie actuelle. En reconnaissant la pertinence de la stratégie et en appuyant pleinement ses modalités de mise en œuvre par le COMFIAS, les CEMD des 44 pays fournisseurs de troupes ont confirmé leur engagement concret dans l’opération. Il a été rappelé une fois encore dans la discussion que l’accroissement qualitatif et quantitatif des forces nationales de sécurité afghanes (ANSF) était un élément clé du développement global du pays et d’une gouvernance crédible forte et efficace. En ce qui concerne l’approche régionale, le chef d’état-major de l’armée de terre du Pakistan, le général Kiyani, a présenté un exposé détaillé au Comité sur la stratégie actuelle de son pays et sur les opérations en cours de lutte contre le terrorisme. En reconnaissant la nécessité de poursuivre la coopération avec la FIAS, il a rappelé le rôle facilitateur clé du Pakistan pour assurer la réussite de l’opération en Afghanistan.

Enfin, l’ancien Secrétaire d’État des États-Unis, Mme Madeleine Albright, accompagnée de son groupe d’experts, a informé le Comité militaire de l’avancement du nouveau concept stratégique. L’accent a été mis en particulier sur la dimension militaire du document.

Source : site internet de l’OTAN

Dernière modification : 02/02/2010

Haut de page