Début de la mission militaire française Pamir XIV en Afghanistan

La mission militaire française en Afghanistan, Pamir XIV, a officiellement débuté mercredi et quelque 700 soldats vont continuer à assurer la sécurité et apporter de l’aide au développement dans la partie nord de Kaboul et la plaine de Shomali, au nord de la capitale afghane. Le colonel Guillaume de Marisy a passé la main au colonel Vianney Pillet, lors d’une cérémonie à la base militaire de l’aéroport international de Kaboul, où sont stationnées actuellement les troupes françaises. Le colonel de Marisy, commande le 1er régiment de hussards parachutistes de Tarbes (sud-ouest de la France) et il était depuis début février 2006, le représentant militaire de la France (RepFrance) en Afghanistan. Le colonel Pillet, qui commande le 1er/11e régiment de cuirassiers de Carpiagne (sud-est de la France), aura notamment la charge de déménager ses hommes dans la banlieue de Kaboul, à Camp Warehouse, en plus des missions de sécurisation dans la zone française. "Le bilan est très positif, on a pendant cinq mois eu un contact très particulier avec les Afghans, parce que j’ai souhaité aller au plus près pour expliquer ce que l’on fait", a déclaré le colonel de Marisy à l’AFP. Ses troupes ont effectué 1.500 patrouilles en véhicule, dans leur zone d’opération et surtout près de 700 patrouilles à pied, pour "sentir" au mieux les besoins de la population. Ils ont également détruit 30 tonnes de munitions et d’explosifs. C’est au cours d’une opération de déminage qu’est mort le 15 mai, un jeune sapeur de 22 ans, Elward Kamel, le seul décès en opération de Pamir XIII. "Je repars incomplet et pour un chef militaire c’est toujours un moment difficile", a déclaré le colonel. "Nous avons tous une pensée aujourd’hui pour ce jeune sapeur de 22 ans qui a perdu la vie". Quatre de ses hommes ont également été blessés pendant la mission. Les 200 membres des forces spéciales françaises, stationnées pour l’heure dans le Sud, à Spin Boldak, mais qui devraient remonter vers Jalalabad (est du pays) quand la zone sud passera sous l’autorité de l’Otan, ne dépendent pas du RepFrance mais sont intégrées dans l’opération "Libertée immuable" sous commandement américain.

Dernière modification : 24/01/2008

Haut de page