Déclaration concernant le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) publiée par les Ministres des Affaires étrangères des pays de l’OTAN, Bruxelles, le 4 décembre 2018 [en]

Le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) joue, depuis plus de trente ans, un rôle déterminant dans le maintien de la sécurité de l’OTAN.

Les Alliés sont parvenus à la conclusion que la Russie a développé et mis en service un système de missile, le 9M729, qui viole le Traité FNI et fait peser des risques importants sur la sécurité euro-atlantique. Nous appuyons résolument l’analyse des États-Unis selon laquelle la Russie manque gravement aux obligations qui sont les siennes au titre du Traité FNI.

Depuis plus de cinq ans, les Alliés, et en particulier les États-Unis, ont exprimé à diverses reprises leurs préoccupations auprès de la Fédération de Russie, aux niveaux bilatéral et multilatéral. Comme nous l’avons indiqué dans la déclaration du sommet de Bruxelles en juillet, la Russie a réagi à nos préoccupations en adoptant une approche faite de dénégation et d’obscurcissement. La Russie n’a reconnu que récemment l’existence du système de missile, mais sans assurer la transparence ni fournir les explications nécessaires.

Les États-Unis ont toujours respecté pleinement les obligations qui sont les leurs au titre du Traité FNI, et cela depuis son entrée en vigueur.Les Alliés ont souligné que cette situation, dans laquelle les États-Unis et les autres parties se conforment pleinement au Traité, contrairement à la Russie, n’est pas tenable.

La violation du Traité FNI par la Russie sape les fondements d’un système efficace de maîtrise des armements et compromet la sécurité des Alliés. Elle s’inscrit dans le cadre d’un comportement plus général de la Russie visant à fragiliser l’architecture de sécurité euro-atlantique dans son ensemble.

Les Alliés sont déterminés à préserver la stabilité stratégique et la sécurité euro-atlantique. L’OTAN continuera d’assurer la crédibilité et l’efficacité de la posture globale de dissuasion et de défense de l’Alliance.

Nous poursuivrons nos consultations régulières en vue d’assurer notre sécurité collective. Nous continuerons de suivre de près la mise en service de missiles russes de portée intermédiaire.

Les Alliés sont fermement attachés au maintien d’un système international efficace de maîtrise des armements, de désarmement et de non-prolifération. En conséquence, nous continuerons de défendre, de soutenir et de renforcer encore la maîtrise des armements, le désarmement et la non-prolifération, éléments clés de la sécurité euro-atlantique, en tenant compte de l’environnement de sécurité du moment.

Nous continuons d’aspirer à une relation constructive avec la Russie, lorsque les actions de cette dernière le permettront. Comme cela a été confirmé tout récemment au sommet de Bruxelles, nous restons ouverts au dialogue avec la Russie, notamment dans le cadre du Conseil OTAN-Russie.

Nous appelons la Russie à revenir sans délai à un respect total et vérifiable. Il appartient à présent à la Russie de préserver le Traité FNI.

Dernière modification : 05/12/2018

Haut de page