Déclaration du Conseil de l’Atlantique nord sur les cyberactivités malveillantes (3 juin 2020) [en]

1. Nous sommes tous unis face à la pandémie sans précédent de coronavirus. Nous condamnons les cyberactivités déstabilisantes et malveillantes qui visent ceux dont le travail est d’une importance cruciale pour la réponse à la pandémie, notamment les services de soins de santé, les hôpitaux et les instituts de recherche. Ces activités et ces attaques déplorables mettent en danger la vie de nos citoyens au moment où ces secteurs critiques sont le plus nécessaires, et risquent de compromettre notre capacité à vaincre la pandémie aussi rapidement que possible.

2. L’OTAN continue d’assumer sa part de l’effort dans la réponse à cette pandémie. Les pays membres de l’Alliance et les pays partenaires se soutiennent mutuellement, notamment en fournissant et en acheminant des fournitures médicales, en déployant du personnel médical, et en aidant à produire des réponses innovantes.

3. Nous sommes solidaires des pays touchés par ces cyberactivités malveillantes, et nous restons prêts à assister les Alliés (y compris en continuant à partager des informations) à mesure qu’ils continueront de répondre aux cyberincidents qui touchent des services essentiels.

4. Conformément à leurs responsabilités et à leurs compétences nationales, les Alliés sont tenus de protéger leurs infrastructures critiques, d’accroître leur résilience et de renforcer leurs moyens de cyberdéfense, notamment en mettant entièrement en œuvre l’engagement de l’OTAN en faveur de la cyberdéfense.

5. Comme cela a été énoncé en 2018 au sommet de l’OTAN à Bruxelles, la cyberdéfense fait partie de la tâche fondamentale de l’Alliance qu’est la défense collective. Réaffirmant le mandat défensif de l’OTAN, nous sommes déterminés à employer toute la gamme des capacités, y compris cyber, pour assurer la dissuasion et la défense et ainsi lutter contre l’éventail complet des cybermenaces. L’OTAN continuera de s’adapter à l’évolution du panorama de ces menaces, qui subit à la fois l’influence d’acteurs étatiques et non étatiques, y compris des acteurs soutenus par des États.

6. Nous avons tout à gagner d’un cyberespace fondé sur des règles, prévisible, ouvert, libre et sécurisé. L’OTAN réaffirme que le droit international s’applique dans le cyberespace et qu’il doit y être respecté. Tous les États ont un rôle important à jouer dans la promotion et le respect de normes volontaires de comportement étatique responsable et dans la lutte contre les cyberactivités déstabilisantes et malveillantes.

Dernière modification : 04/06/2020

Haut de page