Entretien Morin-Gates (05.06.07)

PARIS, 5 juin 2007 (AFP) - Le ministre de la Défense, Hervé Morin, a estimé qu’il fallait avoir "un dialogue ferme" mais "avec la souplesse nécessaire" avec la Russie sur le dossier du bouclier antimissile, lors d’un entretien mardi avec son homologue américain, Robert Gates. L’Afghanistan a été aussi évoqué au cours de l’entretien, M. Morin ayant assuré que la France "n’a pas vocation à rester éternellement en Afghanistan". Les deux ministres se retrouveront mercredi matin à Colleville-sur-Mer pour la commémoration du 63ème anniversaire du débarquement allié en Normandie. "Ce que j’ai dit à mon collègue c’est qu’il fallait avoir à la fois un dialogue ferme, avec nos positions clairement réaffirmées, mais avec la souplesse nécessaire", a déclaré le ministre, lors d’un point de presse au ministère de la Défense au côté de M. Gates. Pour M. Morin, "il n’est dans l’intérêt de personne de créer des conditions qui rappellent les temps anciens", en référence à la période de la guerre froide. Le secrétaire américain à la Défense s’est déclaré pour sa part "absolument ahuri" par l’attitude de la Russie. "Il faudrait avoir de la souplesse et comprendre leurs soucis sur un certain nombre de sujets, mais, en même temps, il ne faut pas non plus leur permettre de faire de l’obstruction sur les sujets qui nous concernent", a fait valoir M. Gates. Sur l’Afghanistan et l’engagement de la France dans l’opération alliée contre le terrorisme, M. Morin a affirmé que les Français n’avaient "pas vocation à rester éternellement en Afghanistan", assurant que "la priorité" de Paris était de mener des opérations de reconstruction et de formation de la police et de l’armée afghanes. M. Gates a aussi souligné l’importance de ce travail de formation. "Nous avons travaillé à voir s’il y a des gens qui peuvent contribuer à former l’armée et la police afghanes et à chercher aussi des pays asiatiques qui pourraient y contribuer". Plus tôt dans la journée, le Premier ministre François Fillon avait affirmé que Paris n’avait "aucun projet de désengagement" immédiat d’Afghanistan. Premier secrétaire américain à la Défense à venir à Paris au cours des huit dernières années, M. Gates a été accueilli avec les honneurs militaires dans la cour du ministère. Les deux ministres seront de nouveau côte-à-côte mercredi matin au cimetière américain de Colleville-sur-Mer pour la commémoration du 63ème anniversaire du débarquement allié du 6 juin 1944. Ils inaugureront à cette occasion le nouveau "Visitor Center" du cimetière, où reposent plus de 9.000 soldats américains.

Dernière modification : 25/01/2008

Haut de page