François Fillon : la France ne veut pas retirer ses troupes d’Afghanistan - AFP (05.06.07)

PARIS, 5 juin 2007 (AFP) - Le Premier ministre français François Fillon, a affirmé mardi que Paris n’avait "aucun projet" de retrait de ses troupes d’Afghanistan, alors que le président Nicolas Sarkozy répétait que la France n’avait pas "vocation à (y) rester indéfiniment". Les Talibans qui ont récemment relâché deux travailleurs humanitaires français, ont réclamé le départ du millier de soldats français déployés en Afghanistan. Ils avaient expliqué en libérant leurs otages que le nouveau président Nicolas Sarkozy, élu le 6 mai, avait laissé entendre que la France pourrait retirer ses troupes d’Afghanistan. "La France maintiendra son dispositif en Afghanistan. Elle entend le faire évoluer pour être encore plus efficace et en particulier pour mieux assurer la formation de l’armée afghane. Mais il n’y a aucun projet de désengagement de la France en Afghanistan. La France sera fidèle à ses engagements et à ses alliés", a-t-il insisté lors d’un point de presse conjoint avec son homologue canadien Stephen Harper, qu’il a reçu à Paris. Le président Nicolas Sarkozy avait réaffirmé, dans une entrevue publiée mardi par le New York Times, le désir de la France de retirer ses troupes d’Afghanistan, tout en soulignant qu’un tel retrait n’était pas imminent. "Partir maintenant montrerait un manque d’unité avec nos alliés", avait ajouté M. Sarkozy. "Nous n’avons pas vocation à rester éternellement en Afghanistan", a aussi souligné dans la soirée le ministre français de la Défense Hervé Morin, lors d’un point de presse à l’issue d’un entretien à Paris avec son homologue américain Robert Gates. "Aujourd’hui, nous devons mener des opérations pour reconstruire l’Afghanistan, et des opérations de formation et d’encadrement pour que l’armée et la police afghanes assurent par elles-mêmes la sécurité du pays. La volonté de la France c’est de s’inscrire dans ces actions en priorité", a expliqué le ministre français. La France a déployé en Afghanistan un millier de militaires au sein de la Force internationale d’assistance à la sécurité (Isaf) qui compte 37.000 soldats de 37 pays sous commandement de l’Otan et dont les plus gros contingents sont britanniques, allemands, américains, canadiens et néerlandais. Paris avait retiré en janvier quelque 220 membres de ses Forces spéciales déployées depuis juillet 2003 dans l’est de l’Afghanistan

Dernière modification : 24/01/2008

Haut de page