L’OTAN publie sa nouvelle politique de lutte contre la prolifération des armes de destruction massive

Le 31 août 2009, le Conseil de l’Atlantique Nord a décidé de rendre publique une nouvelle politique stratégique de prévention de la prolifération des armes de destruction massive (ADM) et de défense contre les menaces chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires (CBRN).

Ce document, dont les origines remontent au sommet de Bucarest tenu en 2008, a été entériné par les chefs d’État et de gouvernement au sommet de Strasbourg-Kehl d’avril 2009 et il constitue une nouvelle base pour l’action de l’OTAN dans le domaine des ADM.

« Il s’agit d’un document très complet, » a déclaré M. Jacek Bylica, chef du centre ADM de l’OTAN. « Son propos est clair : l’Alliance – sa population, son territoire et ses forces – seront à l’abri des menaces que font peser les armes de destruction massive et les matériels connexes. Le document formule des recommandations politiques générales qui orienteront nos futures activités en faveur des traités et régimes internationaux de maîtrise des armements, de désarmement et de non-prolifération, ainsi que les travaux entrepris dans le cadre de la planification militaire et du renforcement des capacités de défense contre les menaces que font peser ces armes. »

Le nouveau document met en exergue les « éléments facilitateurs stratégiques » qui permettront à l’Alliance d’empêcher la prolifération des ADM, et d’assurer la protection contre une attaque ADM et le rétablissement de la situation si une attaque avait lieu. Ces éléments sont le partage du renseignement et de l’information, la politique d’ouverture et les activités avec les partenaires, ainsi que la diplomatie publique et les communications stratégiques.

« La mise en application de cette politique permettra à l’OTAN de favoriser la coopération avec les partenaires et les organisations internationales et régionales, ce qui générera une perception commune de la menace que font peser les ADM, » a ajouté M. Bylica. « Cette politique encouragera la participation aux activités internationales de maîtrise des armements, de désarmement et de non-prolifération, et le respect des obligations en la matière. »

Au sommet de l’OTAN qui s’est tenu à Riga en 2006, les chefs d’État et de gouvernement des pays de l’Alliance ont considéré que la dissémination des ADM et la possibilité que des terroristes s’en procurent constituaient les principales menaces pour l’Alliance au cours des dix à quinze années à venir.

Site de l’OTAN

Dernière modification : 08/09/2009

Haut de page