La France devient membre du NATINAMDS

Le 1er juin 2015, suite à une préparation et une planification rigoureuses menées conjointement par les autorités françaises et celles de l’OTAN, la France a approuvé la mise à disposition d’éléments de son dispositif de défense aérienne, pour mener les opérations de police du ciel de l’OTAN (NATO Air Policing) dans l’espace aérien français et alentour. Ainsi, depuis le 10 juin, après une courte période d’actualisation et de conformation aux exigences opérationnelles et techniques, l’espace aérien français a été inclus dans le Système de défense aérienne et antimissile intégrée de l’OTAN (NATINAMDS), dispositif essentiel de la politique de défense aérienne et antimissile de l’OTAN et pierre angulaire de la défense collective de l’Alliance.

JPEG

L’OTAN est responsable de la surveillance de l’espace aérien sous le contrôle du Commandant suprême des Forces alliées en Europe (SACEUR). Le contrôle de l’espace aérien français est assuré par les deux Centres combinés d’opérations aériennes (CAOCs) du Commandement aérien intégré. Le premier, CAOC Uedem, situé en Allemagne, surveille l’espace aérien nord de l’OTAN, dont le nord de la France ; par symétrie, le CAOC Torrejon, situé en Espagne, surveille l’espace aérien sud de l’OTAN, dont le sud de la France. Cette division est unique parmi les Alliés de l’OTAN et symbolise la très forte cohésion et interopérabilité au sein de l’Alliance. Cette coordination s’effectue via le centre national des opérations aériennes français (CNOA) qui est le point nodal du dispositif permanent de défense aérienne français. La coordination entre la France et le Commandement aérien intégré de l’OTAN s’inscrit pleinement dans le cadre du développement des capacités de commandement et de contrôle aériens qui visent à assurer la défense collective de l’Alliance.

« La France est maintenant totalement intégrée au NATINAMDS », a déclaré le Général de corps aérien Dominique de Longvilliers, Commandant adjoint du Commandement aérien intégré. «  Comme avec chaque Allié, la souveraineté française est maintenue au travers de la police du ciel. C’est un grand pas en avant pour l’Alliance, qui a dorénavant la responsabilité du contrôle et du succès de la police du ciel d’un espace aérien continu allant de l’Espagne à la Norvège et de la côte atlantique ouest jusqu’à la frontière est de la Turquie. Nous continuerons d’ajuster nos procédures de commandement et contrôle au cours des mois prochains afin de maintenir l’excellente interopérabilité de l’OTAN ainsi que la sécurité de l’Alliance. Cependant, nous savons déjà que nous sommes sur la bonne voie. En effet, à 11h09 ce matin, un Mirage 2000 français a été sollicité par le CAOC Uedem pour traiter une cible militaire dans le cadre d’un exercice. A 11h19, le Mirage 2000 avait décollé et à 11h35 la cible était interceptée ».

Source : Site du Commandement allié Opérations (ACO) de l’OTAN.

Dernière modification : 19/06/2015

Haut de page