La France en Libye - Opération Harmattan

Présentation de l’opération Harmattan


Le jeudi 17 mars au soir, le Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU) a adopté la résolution 1973 relative à la situation en Libye, à l’initiative de la France et du Royaume-Uni, dans la suite de la résolution 1970 du 26 février 2011.

Rafale français en vol - JPEG

La résolution 1973 élargit le champ des sanctions à l’encontre de la Libye et ouvre la voie à l’engagement de moyens militaires pour protéger la population, notamment :


* elle décide la mise en place d’une zone d’exclusion aérienne (no fly zone – NFZ) interdisant les vols dans l’espace aérien libyen, à l’exception des vols humanitaires ou d’évacuation, pour protéger la population civile des attaques aériennes des forces du colonel Kadhafi ;

* elle autorise les Etats membres à prendre les mesures nécessaires pour protéger la population civile et faire respecter la zone d’exclusion aérienne ;

* elle renforce l’embargo sur les armes avec la possibilité d’inspecter les navires pour aéronefs à destination ou en provenance de la Libye.


Samedi 19 mars 2011, sur ordre du Président de la République, le chef d’état-major des armées (CEMA) a lancé l’opération Harmattan , nom de la participation française à l’engagement militaire international des opérations aéromaritimes pour protéger la population libyenne.

En France, le commandement des moyens est assuré au Centre de planification et de conduite des opérations (CPCO), sous l’autorité du CEMA, et les moyens sont engagés en étroite coordination avec les pays alliés.

Le 24 octobre 2011, le dispositif militaire français engagé dans les opérations maritimes et aériennes en Libye commence son redéploiement.

Libye-dispositif militaire français - JPEG

Suivant l’évolution de la situation au sol, le rythme des opérations de la coalition a été adapté ce qui entraîne un redéploiement des moyens français en France, où ils restent en alerte, prêts à être réengagés dans les opérations en Libye en cas de besoin.

Le 22 octobre, la TF 473 (articulée autour de l’état-major embarqué sur le BPC Tonnerre, le BPC, le groupe aéromobile et le plot RESCO, deux frégates, un bâtiment de soutien et un sous-marin nucléaire d’attaque) ont quitté la zone d’opérations et rallient Toulon où elle prendra l’alerte à partir de demain.

A La Sude en Grèce, un avion de surveillance maritime Atlantique 2 a été redéployé, 2 Mirage 2000D et 4 Mirage F1 CR sont redéployés aujourd’hui en France.

Le dispositif militaire français s’articule désormais autour :

- d’un dispositif sur zone :

* 12 aéronefs déployés à La Sude (6 M2000D et 4 M2000N) et à Sigonella (5 Rafale et un drone Harfang) ;

* un bâtiment engagé au sein de la force navale de l’OTAN.

- d’un dispositif d’appui et de soutien qui opère depuis la France (E3F et C135F) ;

- d’un dispositif en alerte en France :

* une force navale, la TF 473, avec son état-major, un BPC, un groupe aéromobile, un plot RESCO, deux frégates et un bâtiment de soutien ;

* un détachement de Mirage 2000D et un détachement de Mirage 2000N ;

* un ATL2.

La France est engagée dans les opérations militaires en Libye, dans le cadre de l’opération Harmattan, depuis le 19 mars 2011. Le dispositif mobilisé a été adapté en permanence depuis le début des opérations avec des redéploiements successifs pour se rapprocher de la zone d’opérations (à La Sude puis à Sigonella), et l’engagement de capacités adaptées aux missions (engagement du porte-avions Charles de Gaulle et du groupe aérien embarqué jusqu’en août 2011, engagement d’un BPC et du groupe aéromobile depuis début juin, engagement d’un drone depuis août 2011 etc.).

Libye-dispositif militaire français - JPEG

Jusqu’à 4 200 militaires français ont été engagés dans les opérations en Libye. La France maintient aujourd’hui son engagement auprès de ses alliés et partenaires dans le cadre de l’opération Unified protector de l’OTAN et en protection de la population Libyenne avec 2 400 militaires mobilisés, qui opèrent sur zone et depuis la France, ou en alerte.

Sources : EMA

Droits : Ministère de la Défense et des anciens combattants

Mis à jour : 27.10.11

Dernière modification : 20/10/2014

Haut de page