La France enverra le Charles-de-Gaulle pour les opérations en Afghanistan

La France dépêchera le porte-avions nucléaire le Charles-de-Gaulle au large du Pakistan le mois prochain afin que ses avions puissent soutenir les opérations militaires en Afghanistan voisin contre le regain d’attaques de l’insurrection attendu avec le réchauffement printanier, a déclaré mercredi le chef d’état-major des armées. Le général Henri Bentegeat a précisé qu’une vingtaine d’avions de reconnaissance et de combat opéreraient depuis le bâtiment, traversant l’espace aérien pakistanais. Le porte-avions stationnera dans les eaux internationales près du Pakistan du 5 au 25 mai. Les avions de guerre soutiendront à la fois les troupes de l’OTAN, qui étendent progressivement leur zone d’opérations dans le sud de l’Afghanistan, et les forces de la coalition conduite par les Etats-Unis, qui traquent les combattants talibans et d’Al-Qaïda depuis 2001, a précisé le général à Kaboul. L’an dernier, l’Afghanistan a connu son année la plus meurtrière depuis le renversement du régime taliban fin 2001, selon les autorités américaines, qui s’attendent à ce que cette année soit encore pire. La France a déployé environ 900 militaires en Afghanistan, la plupart au sein de la force de l’OTAN, mais environ 200 membres des forces spéciales opèrent dans le sud avec la coalition. Le Charles-de-Gaulle a déjà été dépêché deux fois dans la région en 2002 et 2003 pour participer aux interventions en Afghanistan.

Afghanistan : situation globalement stable mais fragile dans zones françaises (Bentégeat)

KABOUL, 5 avr 2006 (AFP) - La situation sécuritaire est "globalement stable mais relativement fragile" en Afghanistan dans les zones sous responsabilité française, a estimé mercredi à Kaboul le chef d’état-major des Armées, Henri Bentégeat. Le général a souligné que les rebelles - chassés du pouvoir fin 2001 par une coalition menée par les Etats-Unis - ont plutôt recours désormais à des engins explosifs improvisés (IED) qu’à des attaques en bande armée. "Nous avons très rarement à affronter des groupes de plus de trois ou quatre personnes et je pense que c’est un développement très important", a-t-il dit lors d’une conférence de presse suivant une tournée des forces françaises en Afghanistan. L’utilisation d’IED "crée naturellement un sentiment d’insécurité assez général mais ne représente pas la même menace que celle que nous avons connue, jusqu’à il y a un an, de groupes constitués se livrant à des attaques majeures sur des installations". La France a environ 650 hommes qui font partie de la force de stabilisation de l’Otan, qui sont basés à Kaboul et qui patrouillent intensivement leur zone. Quelques 200 soldats des forces spéciales françaises sont présents à Spin Boldak, dans la province de Kandahar, l’une de celle où la rébellion est la plus active. Le contingent français va être renforcé de quelques 400 hommes lorsque la France prendra la responsabilité tournante de la sécurité dans la région militaire de Kaboul pour une durée de 8 mois.
Le général a également indiqué que les avions Super Etendard, basés sur le porte-avion nucléaire Charles de Gaulle, vont effectuer des missions de reconnaissance et d’appui au sol pour la coalition et l’Isaf, entre le 5 et le 25 mai, lorsque le groupe aéronaval patrouillera au large du Pakistan. L’appui au sol sera destiné en priorité aux forces spéciales à Spin Boldak.
"L’intérêt d’une telle proposition réside surtout dans le fait que la période de printemps est toujours une période sensible en Afghanistan puisque c’est la période ou tout est de nouveau facile pour de possibles intentions hostiles dans ce pays. Le passage du porte-avion pourrait être suivi du déploiement d’avions de combat français" mais "nous ne savons pas encore où, quand et pour combien de temps" ; mais ce sera "pour une longue période dans cette région".
Le général a aussi raconté l’attaque de talibans qui a coûté la vie à un officier marinier des forces spéciales dans la province de Kandahar, début mars. Jusque-là, aucun détail n’avait filtré. "Cela a été un combat de rencontre, la région de Spin Boldak est une région frontalière ; donc il y a du passage d’un certain nombre de groupes talibans ; par hasard, une de nos patrouilles est tombée sur un groupe d’une vingtaine de talibans ; se trouvant face à face ils ont engagé le feu de part et d’autre. Au cours de cette opération, un officier marinier français a été tué et trois talibans ont été tués, cinq prisonniers ont été faits et nous avons récupéré un lot important d’armements et de munitions". Les prisonniers ont été remis à la police afghane, comme cela est systématiquement le cas, a précisé le général Bentégeat. Cet officier marinier est le deuxième militaire français mort au combat en Afghanistan.

France to deploy aircraft carrier to support military operations in Afghanistan

KABUL, Afghanistan (AP) _ France will deploy a nuclear-powered aircraft carrier off Pakistan next month so its war planes can support military operations in neighboring Afghanistan ahead of an expected increase in rebel violence, a French general said Wednesday. About 20 reconnaissance and combat aircraft will operate from the Charles de Gaulle carrier and will fly back and forth through Pakistani airspace into Afghanistan, said Gen. Henri Bentegeat, the French Chief of Defense Staff. The ship will be stationed in international waters near Pakistan from May 5-25, he said. The war planes will support both NATO troops, who are gradually expanding their area of operations into southern Afghanistan, as well as U.S.-led coalition forces, who have been hunting Taliban and al-Qaida remnants since 2001, Bentegeat told reporters in Kabul. He said Paris decided to deploy the extra force at this time because of an expected increase in attacks by insurgents as warmer spring weather melts snow on high mountain passes the militants use. Last year was the deadliest in Afghanistan since the Taliban were ousted in 2001 and U.S. officials have said they expect it to get even worse this year. France has about 900 troops in Afghanistan, most of them are members of the NATO force while about 200 special forces operate in the country’s volatile south as part of the U.S.-led coalition. The Charles de Gaulle has twice before deployed to the region to take part in activities in Afghanistan, once in 2002 and again in 2003.

Dernière modification : 17/01/2008

Haut de page