Le Charles-de-Gaulle au coeur d’une mission dans l’océan indien et le Golfe

Flanqué d’une escorte navale et aéroportée, dont un navire de la Royal Navy, le porte-avions Charles-de-Gaulle a pris la mer vendredi pour une mission d’un peu plus de trois mois au Moyen-Orient et dans l’océan Indien, dans le cadre des opérations biennales franco-britanniques. Le Charles-de-Gaulle, qui a appareillé, restera une semaine près des côtes françaises où il sera rejoint par son escorte, puis il prendra le large le 1er mars. Son retour est attendu le 9 juin. Au cours de cette mission, baptisée Agapanthe 06, le Charles-de-Gaulle réalisera notamment un exercice avec les forces armées saoudiennes mi-mars, un exercice avec la marine indienne début avril, un autre avec les Emirats arabes unis mi-avril, puis des entraînements avec l’armée du sultanat d’Oman. "Il s’agit d’une mission permettant de renforcer à la fois les moyens et la présence française dans une zone stratégique pour nos approvisionnements", a-t-on précisé vendredi auprès de l’état-major des armées. Interrogé sur un lien éventuel entre cette mission, non loin des côtes de l’Iran, et les ambitions nucléaires de Téhéran qui suscitent l’inquiétude de la communauté internationale, le porte-parole de l’état-major a été catégorique : "ce n’est pas à relier avec les tensions internationales du moment. Une mission comme celle-là se prépare un an avant". Le porte-avions sera accompagné dans sa mission par la frégate anti-aérienne Cassard, la frégate anti-sous-marine Montcalm, la frégate antiaérienne britannique HMS Lancaster, le sous-marin nucléaire d’attaque Saphir et le pétrolier ravitailleur Somme, soit un total de 3.000 marins. Vingt-huit aéronefs effectueront des missions au départ du Charles-de-Gaulle : avions Rafale, Hawkeye et Super-Etendard, hélicoptères Puma et Dauphin. Depuis 1996, les marines françaises et britanniques font des échanges croisés à l’occasion de tout déploiement opérationnel majeur, a expliqué François Campredon, commandant du Sirpa-Marine. C’est pourquoi la frégate HMS Lancaster participe à Agapanthe 06, et la frégate française Surcouf sera intégrée à la mission britannique Aquila 06 dans un mois et demi, également dans l’Océan indien. Il y a deux ans, la mission Agapanthe 04 s’était traduite par un déploiement opérationnel combinant des exercices interalliés et des opérations au-dessus de l’Afghanistan. Agapanthe 06 devrait également permettre de soutenir la coalition en contribuant à l’opération Enduring Freedom (liberté immuable) et à la FIAS (force internationale d’assistance à la sécurité de l’Otan). Hormis cette mission, la France dispose en permanence dans l’océan indien dau moins 8 navires, qui vont des patrouilleurs de 400 tonnes au bâtiment de commandement et ravitaillement de 18.000 tonnes. Elle est aussi le deuxième contributeur maritime de lopération Enduring Freedom. Dans ce cadre, elle déploie actuellement la frégate Courbet et l’aviso Jacoubet. Un avion de patrouille maritime Atlantique 2 stationné à Djibouti apporte également son concours à cette opération.

Dernière modification : 17/01/2008

Haut de page