Malbork : mission d’identification pour les Mirage 2000

Les 7 et 8 juillet 2014, deux Mirage 2000 de la permanence opérationnelle effectuée par la France au profit des pays Baltes dans le cadre de l’OTAN, ont décollé sur alerte réelle depuis la base aérienne de Malbork en Pologne.

JPEG Le 7 juillet, à 12h30, la sirène d’alerte a retenti. Sept minutes plus tard, les Mirage 2000 ont décollé afin d’identifier un aéronef survolant la mer baltique sans autorisation. L’appareil est entré dans l’espace aérien des pays Baltes sans plan ni autorisation de vol. A 12h50, les chasseurs ont rallié l’appareil au nord de la Pologne et l’ont identifié comme un Ilyouchine-20 (IL-20), un avion de reconnaissance russe. Après vérification de tous les critères manquants les chasseurs ont reçu l’ordre de rentrer à la base.

Le 8 juillet une seconde mission est déclenchée par l’OTAN selon le même scénario que la veille, alors que les chasseurs rentrent de leur vol d’entrainement. Les mécaniciens et les armuriers ont à peine le temps de reconditionner les avions que la permanence est de nouveau déclenchée. Trois minutes après l’alerte, les chasseurs redécollent et interceptent à nouveau un IL-20 russe dans le même secteur que la veille. Une fois l’identification faite, les chasseurs ont escorté l’avion en limite de zone, puis ont passé le relais à une autre permanence opérationnelle.

Ces identifications et interceptions s’inscrivent pleinement dans le cadre de la permanence opérationnelle mandatée par l’OTAN. La réactivité et le professionnalisme de l’équipe de permanence démontrent bien la capacité des militaires français à réaliser ce type de missions.

Depuis le 6 mai 2014, un détachement français, composé d’une centaine de militaires et quatre avions de chasse, assure une mission de permanence opérationnelle (PO) au profit des Etats Baltes. Cette mission, effectuée sur demande de l’OTAN, s’inscrit dans le cadre des mesures de réassurance souhaitées par le Président de la République à l’égard des pays alliés face aux tensions régionales. Les avions français profitent de cette mission pour effectuer des exercices d’entraînement avec les avions polonais.

Source : Ministère de la Défense

Dernière modification : 11/12/2014

Haut de page