OTAN : participation du chasseur de mines tripartite Sagittaire à l’exercice BALTOPS 2016

Du 03 au 18 juin 2016, le chasseur de mines tripartite Sagittaire a participé à l’exercice BALTOPS 2016 en mer Baltique. Parmi la quarantaine d’unités engagées, l’équipage du Sagittaire avait pour mission de sécuriser les voies d’accès à un débarquement amphibie de grande envergure, et de répondre au risque lié à la présence de mines.

Le 03 juin, le Sagittaire a retrouvé les cinq bâtiments de « guerre des mines » composant le groupe multinational Baltron à la base navale suédoise de Berga, pour le début de l’exercice.

Un scénario géopolitique évoluant au jour le jour a permis d’augmenter le réalisme de l’exercice. En mer, il s’est traduit concrètement par la simulation de harcèlements de la force OTAN par des embarcations de groupes hostiles.

JPEG

Les consignes données répondaient à un objectif clair : sécuriser les axes de transit avant le passage des forces de débarquement amphibies. Chaque zone stratégique a donc été méthodiquement passée au crible par les opérateurs du central-opération, chargés d’analyser le fond marin. Ils disposaient de deux moyens d’identification de mines : une équipe de plongeurs-démineurs et deux « poissons autopropulsés » pour une reconnaissance visuelle à l’aide de caméras. Une fois identifié, le Sagittaire a procédé à la destruction des munitions à l’aide de charges explosives.

Durant l’exercice, l’équipage a été mis à l’épreuve. Les passages dans des zones de « dangers mines » imposaient au Sagittaire d’observer certaines contraintes, comme l’interdiction d’accès aux locaux situés sous le pont principal ou le groupement des accès aux hygiènes et des réalisations d’appoints pour les moteurs et les auxiliaires. Ces règles permettent en effet de limiter le risque d’explosion d’une mine acoustique.

Si l’exercice avait pour but de nettoyer la zone de toutes les mines mises à l’eau préalablement par les organisateurs de l’exercice, la découverte de six munitions réelles pendant l’exercice rappelle toute l’importance de ce domaine de lutte.

Durant la phase tactique de l’exercice, le chasseur de mines a transité sous une menace asymétrique et aérienne vers l’Île de Bornholm. L’ensemble du groupe Baltron s’est finalement adonné aux traditionnels tirs de munitions et photo-exercice, afin de conclure BALTOPS 2016.

De nombreux exercices ont été réalisés avec les autres unités, renforçant ainsi la capacité des équipages à travailler en groupe. Ces échanges de personnels ont permis d’améliorer la connaissance mutuelle des pratiques entre nations participantes. Ainsi, l’équipage du Sagittaire a consolidé ses savoir-faire et son degré d’interopérabilité avec les marines étrangères, tout en améliorant sa connaissance de la mer Baltique et des unités qui y naviguent quotidiennement.

Avant de rejoindre son port base de Brest le 23 juin, le Sagittaire a fait une dernière halte en Allemagne, dans le port de Kiel, pour le débriefing général de l’exercice. L’équipage a pu ensuite profiter pendant quelques heures de la « Kieler Woche », fête de la voile très populaire.

Inscrit dans l’opération Beluga, l’exercice BALTOPS vise à augmenter le niveau d’interopérabilité des unités françaises avec les partenaires de l’OTAN tout en permettant à la Marine nationale d’améliorer sa connaissance de la zone, d’y renforcer la légitimité de sa présence et ses relations avec ses partenaires régionaux. Reconnues pour son savoir-faire dans le domaine de la « guerre des mines », les forces françaises affirment, à travers ce type d’exercice, leur capacité à intervenir au profit de leurs partenaires de la région baltique, contribuant ainsi à la stratégie d’assurance de l’OTAN.

Dans cette perspective, la France remplit pleinement ses engagements auprès de l’Alliance, tout en gardant son autonomie. Depuis 2015, les forces françaises ont régulièrement participé aux mesures d’assurance dans la région Baltique et au nord de la Pologne. Elles ont participé à pas moins d’une vingtaine d’exercices de haut niveau.

Source : Ministère de la Défense

Dernière modification : 15/07/2016

Haut de page