Otan - Fillon défend une participation constructive de la France

PARIS, 21 février (Reuters) - François Fillon a réaffirmé jeudi que la France oeuvrerait à la relance de la défense européenne, lors de sa présidence au second semestre 2008, en optant pour "une participation constructive au sein de l’Otan". "Dans les mois qui viennent, nous allons tirer parti de toutes les opportunités qui se présentent à nous pour prendre des initiatives. La présidence de l’Union européenne à partir du 1er juillet va nous en fournir l’occasion", a déclaré le Premier ministre à l’occasion du 60e anniversaire de l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN). "La France est en mouvement et, ce faisant, elle s’expose car ce n’est pas à vous que je rappellerai ce principe de base du combat tactique : qui bouge se découvre. Plus la France s’engage, plus elle offre le flanc à des ripostes ou à des actes hostiles". La France, a poursuivi François Fillon, "sera toujours du côté du droit international et militera pour en renforcer les instruments". "Plus que jamais, notre monde a besoin d’équilibre, et l’équilibre exige la légitimité dans la décision et la collégialité, si possible, dans l’action", a-t-il affirmé, prônant notamment dans cette perspective "la mobilisation de l’Union européenne autour d’enjeux partagés". Le chef du gouvernement a également défendu "une participation constructive au sein de l’Otan liée aux progrès de la défense européenne". Le 27 août dernier, lors de la Conférence des ambassadeurs, Nicolas Sarkozy avait dessiné les contours d’une nouvelle relation entre la France et l’Otan, soulignant qu’"opposer la défense européenne et l’otan n’[avait] aucun sens" et plaidant pour "une Europe de la défense indépendante" et "une Alliance atlantique où nous prendrions toute notre place". La France reste membre de l’Alliance atlantique, mais elle s’est retirée en mars 1966 de ses structures intégrées de commandement

(Voir le site de l’IHEDN)

Dernière modification : 25/02/2008

Haut de page