Réunion des ministres des Affaires étrangères à Berlin (14-15 avril)

Les Ministres des Affaires étrangères des pays membres de l’OTAN se sont réunis jeudi 14 et vendredi 15 avril à Berlin où ils se sont notamment entretenus de la situation en Libye.

A l’issue de leur réunion consacrée à l’action internationale dans le pays, les Ministres alliés ainsi que ceux des pays contributeurs à l’opération Protecteur Unifié ont rendu publique la déclaration conjointe suivante :

Déclaration sur la Libye

diffusée à l’occasion de la réunion tenue à Berlin par les Ministres des Affaires étrangères des pays de l’OTAN et des pays non OTAN participant à l’opéraion Unified Protector

Communiqué de presse (2011) 045

14 avr. 2011

Nous, ministres des Affaires étrangères des pays de l’Alliance et des pays partenaires de l’opération Unified Protector que dirige l’OTAN en vue de contribuer à l’application de la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l’ONU, nous sommes réunis ce jour à Berlin pour examiner la situation en Libye et notre action conjointe à l’appui des objectifs plus généraux de la communauté internationale concernant ce pays. Les précieuses contributions apportées par les partenaires de l’opération Unified Protector témoignent du large soutien en faveur de cette opération. L’OTAN continuera de coordonner son action en consultation étroite avec l’ONU, ainsi qu’avec les autres acteurs régionaux et organisations internationales.

Nous déplorons les actes de violence et les atrocités que le régime libyen continue de perpétrer contre son peuple et qui ont engendré une situation humanitaire très grave, en particulier dans les villes assiégées. Nous insistons sur la nécessité pour le régime de restaurer l’alimentation en eau, en gaz et en électricité, ainsi que d’autres services dans les zones brutalisées par les forces fidèles au régime et de permettre à tous les Libyens qui ont besoin d’une aide humanitaire d’y accéder en toute sécurité, sans restriction et sans entrave. Kadhafi et son régime ont perdu toute légitimité par leur refus général et répété de respecter les résolutions 1970 et 1973 du Conseil de sécurité de l’ONU.

Nous nous félicitons des résultats de la première réunion du Groupe de contact qui s’est tenue hier à Doha et appuyons avec force l’appel que ce Groupe a lancé à Kadhafi pour qu’il quitte le pouvoir, ainsi que le ferme engagement qu’il a pris d’appliquer les résolutions 1970 et 1973 du Conseil de sécurité. Nous saluons le rôle de ce Groupe pour ce qui est de donner les grandes orientations politiques des efforts déployés en Libye par la communauté internationale, sachant que la direction politique de la mission militaire est exercée par le Conseil de l’Atlantique Nord avec la participation indispensable de ses partenaires de l’opération Unified Protector. Nous réaffirmons notre attachement aux engagements forts que la communauté internationale a pris à la conférence de Londres pour contribuer à mettre un terme à la violence et pour soutenir le peuple libyen et ses aspirations légitimes.

Les forces dirigées par l’OTAN mènent une action énergique pour protéger les populations et les zones civiles menacées d’attaque en Libye, et font respecter la zone d’exclusion aérienne et l’embargo sur les armes autorisés par la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l’ONU. Nous rendons hommage à la compétence, au courage et au professionnalisme dont font preuve les hommes et les femmes qui servent dans le cadre de cette tâche difficile. Nous continuerons d’adapter nos actions militaires pour obtenir un effet maximal dans l’exécution de notre mandat de protection des populations et des zones civiles. À cette fin, nous sommes déterminés à fournir toutes les ressources nécessaires et à garantir la souplesse opérationnelle maximale dans les limites de notre mandat. Nous maintiendrons un rythme opérationnel soutenu contre des cibles légitimes et nous exercerons cette pression aussi longtemps qu’il le faudra et jusqu’à ce que les objectifs ci-après aient été atteints :

1. Toutes les attaques et menaces d’attaques à l’encontre des civils et des zones civiles ont cessé.

2. Le régime a fait rentrer dans leurs bases toutes les forces militaires, tireurs isolés, mercenaires et autres forces paramilitaires inclus, après les avoir retirées aussi, de façon vérifiable, de toutes les zones civiles dans lesquelles elles sont entrées par la force, qu’elles ont occupées ou assiégées, sur tout le territoire libyen, notamment Ajdabiyah, Brega, Jadu, al Jebal al Gharbiyah, Kikla, Misrata, Nalut, Raslanuf, Yefrin, Zawiyah, Zintan et Zuara

3. Le régime doit permettre à tous les Libyens qui ont besoin d’une aide humanitaire d’y accéder immédiatement, en toute sécurité, sans restriction et sans entrave.

Nous restons attachés à la pleine mise en œuvre des résolutions 1970 et 1973 du Conseil de sécurité. Dans l’exécution de notre mission, nous réaffirmons notre soutien à la souveraineté, à l’indépendance, à l’intégrité territoriale et à l’unité nationale de la Libye. Nous réaffirmons enfin notre ferme soutien à l’élaboration d’une solution politique transparente, seul moyen de mettre un terme à la crise et de construire une paix durable en Libye et d’offrir un avenir meilleur au peuple libyen.

Source : site internet de l’OTAN

Dernière modification : 20/10/2014

Haut de page