Réunion informelle des ministres de la défense de l’OTAN à Istanbul les 4 et 5 février 2010.

Les Alliés ont approuvé un ensemble de mesures budgétaires.

Le 4 février, lors d’un dîner de travail à Istanbul, les ministres de la Défense des pays de l’OTAN ont examiné à Istanbul la question des ressources et de la transformation de la défense.

Les ministres ont approuvé un ensemble de mesures destinées à garantir que la comptabilité de l’Alliance soit en équilibre. Ils ont décidé, comme principe de base, que les opérations et missions de l’Alliance devaient bénéficier d’un financement suffisant, et que l’OTAN devait réaliser des investissements stratégiques essentiels. Les ministres se sont par ailleurs engagés à injecter des ressources supplémentaires dans le budget de cette année, et à moderniser la méthode de budgétisation utilisée par l’OTAN et la manière dont cette dernière recherche des possibilités de réaliser des économies.

« Réaliser des économies implique de conjuguer davantage nos efforts, ce qui renforcera la solidarité entre les Alliés », a souligné le secrétaire général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen.

Il a d’ailleurs ajouté que l’ensemble de mesures approuvées « garantira que nos soldats disposeront du soutien nécessaire sur le terrain, et que nous pourrons réaliser les autres investissements stratégiques dont nous avons encore besoin. La solidarité au sein de l’OTAN doit s’exprimer non seulement en première ligne, mais aussi sur le plan des résultats financiers. Nous avons pu constater qu’elle était bien présente ici même, à Istanbul. »

Dans ce contexte, les ministres de la Défense des pays de l’OTAN ont décidé de se concentrer sur trois priorités, à savoir la mise en échec des engins explosifs improvisés, l’amélioration des soins médicaux dont bénéficient nos soldats en faisant en sorte qu’ils reçoivent le meilleur soutien possible, et la mise en service d’un plus grand nombre d’hélicoptères aptes à la mission.

Durant la réunion, le Commandant suprême allié Transformation, le général Stéphane Abrial, a présenté ses propositions concernant la façon dont les techniques, l’entraînement et les technologies des Alliés pourraient être améliorées afin de mieux protéger les soldats présents sur le terrain.

Les ministres des pays de l’Alliance se sont accordés à reconnaître qu’il était nécessaire d’améliorer les soins médicaux dont bénéficient les soldats de l’OTAN, en s’assurant que les capacités dont ils ont besoin sont bien présentes sur le terrain.

Ils se sont par ailleurs engagés en faveur de la mise en service d’un plus grand nombre d’hélicoptères aptes à la mission, grâce à l’établissement de liens étroits entre les pays qui possèdent ces hélicoptères et ceux qui disposent des ressources financières nécessaires pour les moderniser et les déployer ainsi que pour former le personnel.

Les pays de l’OTAN se sont décidés à réaliser les grandes priorités fixées pour l’Afghanistan en 2010.

Le 5 février, les ministres des pays de l’OTAN se sont réunis avec leurs partenaires non OTAN participant à la FIAS afin de passer en revue les principales priorités fixées pour l’Afghanistan en 2010.

Au cours de cette réunion, les pays participant à la FIAS ont pu faire le point des progrès accomplis à la conférence sur l’Afghanistan qui s’est tenue à Londres le 28 janvier. Les ministres ont reconnu que la conférence a clairement montré l’engagement et la détermination de la communauté internationale à l’égard et de la population et
du gouvernement afghans.

Le secrétaire général de l’OTAN, M. Anders Fogh Rasmussen, a réaffirmé que la FIAS continuera de concentrer ses efforts sur l’amélioration de la sécurité, la constitution d’une capacité afghane et la définition de conditions qui permettront aux Afghans d’assumer les responsabilités essentielles.

Le Commandant suprême des Forces alliées en Europe (SACEUR), l’amiral Stavridis, et le commandant de la FIAS, le général McChrystal, ont fait le point devant les ministres de la situation en Afghanistan et de l’évolution des opérations en 2010.

Les ministres ont également examiné les questions qui concernent le soutien qu’apportent à la mission en Afghanistan les pays de l’OTAN et leurs partenaires qui participent à la FIAS. Le général McChrystal a indiqué qu’avec l’arrivée en Afghanistan de nouvelles ressources destinées à mettre en œuvre la stratégie révisée de l’OTAN, les conditions sont réunies pour la réalisation de progrès substantiels en 2010.

Or les progrès passent principalement par un développement plus rapide des forces de sécurité nationales afghanes et par un renforcement de leurs effectifs. Le secrétaire général a salué l’engagement pris par 36 pays participant à la FIAS à envoyer près de 40.000 soldats et instructeurs supplémentaires. Il a par ailleurs rappelé à tous les participants qu’il manquait des instructeurs et du personnel d’encadrement pour les forces de sécurité afghanes, et il a demandé à tous les pays qu’ils réfléchissent de nouveau à ce qu’ils pourraient encore fournir pour cette importante mission.

Les ministres ont également examiné des initiatives visant à mieux protéger le personnel de la FIAS des engins explosifs improvisés (EEI). Ils ont en particulier réservé un accueil chaleureux à l’offre faite par les États-Unis de mettre en commun un ensemble de mesures destinées à mieux protéger les forces de la FIAS des EEI. Ces mesures comportent notamment un meilleur accès aux données du renseignement, des offres de dispositifs de lutte contre les EEI (brouilleurs et détecteurs) et la mise à disposition à l’ensemble de la FIAS de véhicules résistant aux mines.

Les ministres ont traité deux autres points importants : d’une part, trouver des solutions permettant de soigner plus rapidement et plus efficacement les soldats de la FIAS blessés en Afghanistan et d’autre part, chercher à accroître le nombre d’hélicoptères pouvant être déployés pour les opérations de l’OTAN. Cela peut se faire en mettant en relation les pays qui ont des hélicoptères avec ceux qui peuvent assurer le soutien opérationnel de ces aéronefs grâce à une participation financière ou technique.

Le secrétaire général a souligné que les mesures prises en Afghanistan accéléreront le processus de prise en charge par les autorités afghanes. Des progrès importants sont attendus en 2010, mais ils seront déterminés davantage par les conditions sur le terrain que par le calendrier.

Des opérations dirigées par les Afghans vont démarrer prochainement dans le centre de la province de Helmand, ce qui témoigne de la capacité et de la volonté de réussir.

Ont participé à la réunion consacrée à la FIAS à Istanbul le ministre afghan de l’Intérieur, M. Mohammad Hanif Atmar, le ministre de la Défense, M. Abdul Rahim Wardak, et le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU, M. l’ambassadeur Kai Eide, ainsi que des représentants de l’Union européenne.

Source : site internet de l’OTAN

Discours du Secrétaire général de l’OTAN lors de la conférence de presse à Istanbul le 5 février

Dernière modification : 11/02/2010

Haut de page