Réunions ministérielles de l’OTAN (14 octobre) : le débat s’ouvre sur le nouveau concept stratégique, la défense antimissile et la réforme

Les ministres de la Défense et les ministres des Affaires étrangères des pays de l’OTAN ont entamé aujourd’hui leurs délibérations en vue de préparer l’agenda du sommet de l’OTAN, qui réunira les 19 et 20 novembre prochains à Lisbonne leurs chefs d’État et de gouvernement, le but étant de tracer la voie de l’Alliance pour la prochaine décennie et de réformer l’Organisation.

Ces réunions porteront essentiellement sur le nouveau concept stratégique, la défense antimissile et la réforme de l’OTAN. « Dès aujourd’hui et au cours des prochaines semaines, nous allons définir et approuver le nouveau concept stratégique », a déclaré le secrétaire général de l’OTAN, M. Anders Fogh Rasmussen, dans ses observations liminaires.

Le secrétaire général a insisté sur le fait que le nouveau concept stratégique allait guider l’Alliance pendant les dix prochaines années. « Nous n’avons pas droit à l’erreur. La mission fondamentale de l’Alliance, qui est de protéger les 900 millions de citoyens des pays de l’OTAN contre toute attaque, ne doit jamais changer mais nous devons disposer d’une défense moderne pour répondre à des menaces modernes », a poursuivi M. Fogh Rasmussen.

Défense antimissile

En ce qui concerne les débats que les ministres auront sur la défense antimissile, le secrétaire général a souligné que « nous devons également décider si nous voulons que l’OTAN soit capable de défendre l’Europe tout entière contre la menace d’une attaque de missile », et il a ajouté que, selon lui, le moment était venu de prendre une décision en ce sens.

« La menace est claire. La capacité existe. Et les coûts sont gérables. Je suis convaincu que nous pouvons – et devons – faire de la défense antimissile pour l’Europe une capacité OTAN », a précisé le secrétaire général.

Réforme

S’agissant de la réforme de l’OTAN, M. Fogh Rasmussen a indiqué que « l’Alliance offre déjà un bon retour sur investissement. En étant soudés, nous obtenons davantage de sécurité que si nous agissions seuls. Nous devons cependant faire mieux ».

Il a déclaré que la structure de commandement et les agences de l’OTAN avaient besoin d’être réformées et que les pays de l’Alliance devaient acheter et exploiter ensemble plus d’équipements que ceux dont ils pourraient se doter à titre individuel. « Moins d’infrastructure ; des quartiers généraux allégés et plus efficaces ; plus de forces déployables ; des coupes plus cohérentes dans les budgets de défense des pays, de façon à garder ce dont nous avons besoin en tant qu’Alliance. Voilà un agenda de réforme qui guidera la transformation de l’OTAN durant cette période d’austérité et au-delà », a indiqué le secrétaire général en guise de conclusion.

Source : site internet de l’OTAN

Dernière modification : 19/10/2010

Haut de page