l’OTAN en Afghanistan

En Afghanistan, l’OTAN a pour rôle principal d’aider le gouvernement afghan à exercer et à étendre son autorité et son influence sur l’ensemble du pays afin de créer les conditions propices à la reconstruction et à une gouvernance efficace. Elle intervient principalement par l’intermédiaire de sa Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS), agissant sous mandat de l’ONU.

Depuis que l’OTAN a pris le commandement de la FIAS, en 2003, l’Alliance a progressivement élargi le champ de sa mission. Limitée à l’origine à Kaboul, elle couvre aujourd’hui la totalité du territoire de l’Afghanistan. Les effectifs de la FIAS ont augmenté, parallèlement, pour passer de 5 000 hommes au début de la mission à environ 50 000 hommes à l’heure actuelle, venant de 42 pays, parmi lesquels les 28 membres de l’OTAN. La mission de la FIAS comprend plusieurs volets.

La FIAS est déployée depuis 2001 sous l’autorité du Conseil de sécurité des Nations Unies, qui a autorisé la mise sur pied de la force pour aider le gouvernement afghan "à maintenir la sécurité à Kaboul et dans les régions avoisinantes, afin que l’autorité intérimaire afghane et le personnel des Nations Unies puissent travailler dans un environnement sûr.”

La FIAS est une coalition de pays volontaires, et non une force des Nations Unies à proprement parler, agissant en vertu d’un mandat d’imposition de la paix, conformément aux dispositions du chapitre VII de la Charte des Nations Unies.

Neuf résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies concernent la FIAS. Ce sont les résolutions 1386, 1413, 1444, 1510, 1563, 1623, 1707, 1776, 1833 et 1890 (du 9 octobre 2009). Un Accord militaro-technique détaillé conclu entre le Commandant de la FIAS et l’Autorité intérimaire afghane en janvier 2002 a fourni des directives supplémentaires pour les opérations de la FIAS.

L’OTAN a pris le commandement de la FIAS en août 2003, à la demande des Nations Unies et du gouvernement de l’Afghanistan ; peu de temps après, les Nations Unies autorisaient la FIAS à étendre ses opérations en dehors de Kaboul.

I. La mission de la FIAS comprend plusieurs volets :

Sécurité

En application des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations Unies, la FIAS a pour rôle principal d’aider le gouvernement afghan à créer un environnement stable et sûr. À cet effet, les éléments de la FIAS mènent des opérations destinées à assurer la sécurité et la stabilité dans l’ensemble du pays en coordination avec les forces de sécurité nationales afghanes et sont directement associés au développement de l’armée nationale afghane par le biais du mentorat, de l’entraînement et de l’équipement.

En outre, la FIAS contribue à faire en sorte que l’armée nationale afghane (ANA) atteigne sa capacité opérationnelle, appuyant ainsi les États-Unis qui parrainent, dans le cadre du Commandement multinational sur la transition en matière de sécurité en Afghanistan (CSTC-A), le programme d’ensemble d’entraînement et d’équipement de l’ANA.

Fournir, dans la limite de ses moyens et capacités, un appui à la police nationale afghane (ANP) constitue l’une des tâches de soutien essentielles de la FIAS. Dans ce domaine, les interventions de la FIAS se font en coordination avec les États-Unis et avec la Mission de police de l’UE en Afghanistan (EUPOL) lancée en juin 2007, et doivent les appuyer. La FIAS apporte une aide à l’ANP, principalement à l’échelon tactique, sous la forme d’un appui militaire aux opérations, de conseils, de partage de l’information et de mentorat et d’orientations informelles. À l’échelon local, l’appui comprend à la fois une formation spécialisée pour des compétences spécifiques non policières, assurée par des unités de la FIAS, et un soutien indirect, des actions de mentorat et des patrouilles conjointes. Une grande partie de cette assistance est fournie par l’intermédiaire de comités de sécurité et de centres de coordination.

Reconstruction et développement

La FIAS appuie, par le biais de ses équipes de reconstruction provinciales (PRT), la reconstruction et le développement (R&D) en Afghanistan, par la sécurisation de zones dans lesquelles les travaux de reconstruction sont effectués par d’autres acteurs nationaux et internationaux.
Lorsque les circonstances l’exigent, et en étroite coopération et coordination avec les représentants du gouvernement afghan et de la MANUA sur le terrain, la FIAS apporte aussi un appui concret aux travaux de R&D, ainsi qu’aux actions d’aide humanitaire menées par les organismes relevant du gouvernement afghan, les organisations internationales et les ONG

Gouvernance

Par l’intermédiaire des équipes de reconstruction provinciales, la FIAS aide les autorités afghanes à renforcer les institutions nécessaires au plein établissement de la bonne gouvernance et de la primauté du droit, et à la promotion des droits de l’homme. La mission principale des PRT, dans ce contexte, consiste à renforcer les capacités, à soutenir la croissance des structures de gouvernance et à promouvoir un contexte dans lequel la gouvernance puisse s’améliorer.

Lutte antidrogue

Le gouvernement afghan a adopté, en mai 2003, une stratégie nationale de lutte contre la drogue visant à réduire la production de drogues illicites de 70% avant 2007 et à en éliminer totalement la production avant 2012. Une Direction antidrogue a été mise en place au sein du ministère de l’Intérieur, et un ministre de plein exercice chargé de la lutte antidrogue joue actuellement un rôle central au sein du gouvernement afghan. Selon les évaluations les plus récentes des Nations Unies et des commandants militaires de l’OTAN, il existe des liens croissants entre le secteur de la drogue et l’insurrection dans certaines régions du pays.
Les capacités afghanes en matière de lutte antidrogue et de mise en œuvre adéquate de la stratégie de lutte contre la drogue demeurent toutefois dépendantes, dans une large mesure, de l’aide internationale. Dans ce contexte, l’appui aux programmes de lutte antidrogue du gouvernement afghan constitue l’une des tâches de soutien essentielles de la FIAS.
En conséquence, lorsque le gouvernement afghan en fait la demande, la FIAS appuie les efforts de lutte antidrogue en partageant des informations, en menant une campagne d’information publique efficace, et en fournissant un soutien in extremis aux forces de l’armée nationale afghane pour la conduite d’opérations de lutte antidrogue.
La FIAS contribue également à la formation des forces de sécurité nationales afghanes à la lutte antidrogue et assure, à la demande, un appui logistique aux programmes de promotion d’autres moyens de subsistance.

II. L’évolution de la FIAS :

Phase 1 : vers le nord

En décembre 2003, le Conseil de l’Atlantique Nord a autorisé le Commandant suprême des forces alliées, le général James Jones, à lancer l’élargissement du mandat de la FIAS afin d’y inclure l’équipe de reconstruction provinciale (PRT) dirigée par l’Allemagne à Kunduz. Les huit autres PRT opérant en Afghanistan en 2003 demeuraient sous le commandement de l’Opération Enduring Freedom, l’opération militaire dirigée par les États-Unis en Afghanistan.

Le 31 décembre 2003, la composante militaire de la PRT de Kunduz passait sous le commandement de la FIAS, à titre de projet pilote et de première phase de l’extension de la mission.

Six mois plus tard, le 28 juin 2004, l’OTAN annonçait, lors du sommet des chefs d’État et de gouvernement, à Istanbul, qu’elle allait étendre sa présence en Afghanistan par la création de quatre équipes de reconstruction provinciales supplémentaires dans le nord du pays, à Mazar-e-Sharif, Meymana, Feyzabad et Baghlan.

Ce processus s’est achevé le 1er octobre 2004, marquant la fin de la première phase d’extension de la FIAS, dont la zone d’opérations couvrait alors environ 3 600 kilomètres carrés dans le nord. La mission pouvait ainsi exercer une influence sur la sécurité dans neuf provinces du nord du pays.

Phase 2 : vers l’ouest

Le 10 février 2005, l’OTAN annonçait une nouvelle extension de la FIAS, vers l’ouest de l’Afghanistan.

Ce processus a commencé le 31 mai 2006, date à laquelle la FIAS a pris le commandement de deux nouvelles PRT, dans les provinces de Herat et de Farah, et d’une base de soutien avancée (une base logistique) à Herat.

Au début du mois de septembre, deux PRT supplémentaires dirigées par la FIAS à l’ouest du pays devenaient opérationnelles, respectivement à Chaghcharan, capitale de la province de Ghor, et à Qala-e-Naw, capitale de la province de Baghdis, achevant l’extension de la FIAS vers l’ouest.

Avec cette extension de la mission de la FIAS, neuf PRT au total, dans le nord et l’ouest, apportaient une aide en matière de sécurité sur 50% du territoire de l’Afghanistan. L’Alliance a continué ses préparatifs en vue d’une nouvelle extension de la FIAS, vers le sud du pays.En septembre 2005, l’Alliance déployait en outre, à titre temporaire, 2 000 hommes supplémentaires en Afghanistan, à titre de soutien pour les élections provinciales et parlementaires du 18 septembre.

Phase 3 : vers le sud

Le 8 décembre 2005, les ministres des Affaires étrangères des pays Alliés, réunis au siège de l’OTAN, ont entériné un plan ouvrant la voie à une nouvelle extension du rôle et de la présence de la FIAS en Afghanistan. Le premierélément de ce plan consistait en une extension - désignée sous le nom de Phase 3 - de la mission de la FIAS vers le sud en 2006.

Cette décision a été mise en œuvre le 31 juillet 2006, date à laquelle la FIAS a pris la relève du commandement de la région sud de l’Afghanistan, précédemment assuré par les forces de la coalition dirigée par les États-Unis, sa zone d’opérations couvrant alors six provinces supplémentaires - Day Kundi, Helmand, Kandahar, Nimroz, Uruzgan et Zabul ; elle a pris en même temps le commandement de quatre PRT supplémentaires.

La FIAS commandait donc, au total, 13 PRT dans le nord, l’ouest et le sud, couvrant environ les trois quarts du territoire de l’Afghanistan.

Les effectifs de la FIAS présents dans le pays augmentaient aussi de façon significative, passant de quelque 10 000 hommes avant l’extension à environ 20 000 après.

Phase 4 : la FIAS s’étend vers l’est, et assume la responsabilité pour la totalité du pays

La phase finale de l’extension est intervenue le 5 octobre 2006, lorsque la FIAS a pris la relève des forces militaires internationales de la coalition que dirigeaient jusqu’alors les États-Unis.

Le plan opérationnel révisé élargissait la zone d’opérations de l’Alliance et ouvrait également la voie à un renforcement du rôle de la FIAS dans le pays, notamment sous la forme du déploiement des équipes opérationnelles de mentorat et de liaison de la FIAS auprès d’unités de l’armée nationale afghane à divers échelons de commandement.

Sources :

Site Internet de l’OTAN : dossier sur l’Afghanistan

Site internet de la FIAS

Manuel de l’OTAN, Division Diplomatie Publique de l’OTAN, Bruxelles, 2006.

Dernière modification : 31/03/2010

Haut de page